Mon activité, mes motivations.

Je m'appelle Florence Rolland. Je me suis installée en agricole au 1er avril 2012, à St Martin la Sauveté dans la Loire (42).

 

Cultiver et cueillir sont d’abord ressenti comme des plaisirs. Cela me permet d’avoir une activité physique dans la nature, de respirer au grand air et de profiter du soleil.

 

Au contact de la nature je ressens le calme et la paix m’envahir, en repensant à ma grand-mère qui m’a appris à considérer la terre comme une alliée, comme un partenaire vivant et non comme un vulgaire outil.

 Ainsi, transformer ma production en pâte de fruits, confitures (terme réservé aux fruits), confits (terme réservé aux fleurs et plantes), sirops, boissons fermentées, tisanes, bonbons, … C’est replonger dans mes souvenirs, plus particulièrement dans ceux de mon enfance. Fabriquer ces douceurs, en imaginant le plaisir de ceux qui les consommeront est un moteur de joie immense.

 

Le respect de la nature fait partie de ma philosophie, et utiliser ses trésors est pour moi passionnant et enrichissant.

D’où le nom de ma ferme, « Dis grand-mère, … Florence Rolland ».

 

La grand-mère de mon image montre la sérénité, la bonne humeur, la joie de vivre et le bien-être. Du fait de son âge, de son vécu et de son expérience, elle représente la sagesse. C’est elle qui sait, qui transmet, qui écoute et parfois rassure sa tribu.

Et comme elle, qui tourne la cuillère, ma production est du fait main.

Heureusement que les pâtes de fruit, confitures, …  existent ! Quel que soit l’âge, le style de vie ou l’origine de l’amateur, croquer une pâte de fruit, sucer un bonbon ou manger une tartine de confiture, … apporte une part de rêve, de détente ou de réconfort.

 

Depuis toujours, les confiseries sont synonymes de plaisir, de partage et de fête.

 

Ainsi, pour réussir des produits de qualité, je joue en priorité sur la diversité biologique, ensuite je n’emploie pas de produit chimique de synthèse (engrais, produits de désherbage ou de traitement) sur mes cultures.

 

Lorsque les plantes ne peuvent résister seules à l’assaut des nuisibles, des préparations naturelles à bases de plantes, tels qu’infusions, préparations fermentées d’ortie, de prêle, de fougères, … sont utilisées. Ainsi les insectes auxiliaires sont préservés et peuvent continuer à remplir leur rôle.

 

"Lorsque l’homme aura coupé le dernier arbre, pollué la dernière goutte d’eau, tué le dernier animal et pêché le dernier poisson, alors il se rendra compte que l’argent n’est pas comestible." — Proverbe Indien —

 

Pour cela, régulièrement je me forme pour apprendre à lire le sol, la manière dont il fonctionne, … selon les règles de l’agrobiologie dynamique. J'apprends aussi sur les plantes, pour faire de celles-ci des alliées dans mon quotidien, et les utiliser à bon escient dans mon activité agricole, …

 

Par ailleurs, utiliser des plantes et fruits sauvages, c’est utiliser des produits, en général mieux pourvu en vitamines, car ils ont poussé dans un sol adapté à leur besoin.

 

Mes cueillettes sont faites à la main dans le respect du renouvellement des ressources prélevées en zone de moyenne montagne, là où la diversité biologique n’est pas encore épuisée, dans un lieu protégé des pollutions majeures que sont : l’agriculture intensive, les secteurs urbains ou industriels, les bords de route et autoroutes, les décharges, …

 

Enfin, mes produits sont vendus en circuit courts tels que les marchés festifs et touristiques, au Val d'Aix, magasin de produits fermiers à St Germain Laval, à l’artisanat d’Urfé à St Just en Chevalet, ainsi qu'a l'artisanat de Cervières, afin de privilégier la proximité et l’échange avec le consommateur.